L’épidémie de Covid-19 a provoqué un repli sans précédent de l’activité économique et des échanges commerciaux mondiaux. A l’image de la plupart de ses partenaires internationaux, la France subit par conséquent au premier semestre 2020 une importante dégradation de son commerce extérieur. Nos exportations de biens sont ainsi en baisse de 21,5% par rapport au 1er semestre 2019, alors que nos importations subissent une baisse de 17,6%, aboutissant à une détérioration de notre déficit commercial semestriel des biens à -34 Md€ (contre -29 Md€ au premier semestre 2019).

+ Télécharger la synthèse des résultats du commerce extérieur au premier semestre 2020 >>

Mesures de soutien destinées aux entreprises exportatrices

Dans le cadre du plan d’urgence déployé à compter du mois de mars, le Gouvernement a très tôt mis en place des mesures exceptionnelles destinées aux entreprises exportatrices. Elles ont ainsi pu bénéficier d’un accompagnement renforcé par la Team France Export et par les dispositifs d’assurance-crédit à l’export. Elles ont également pu s’appuyer sur les mesures transversales de soutien à l’économie et à la trésorerie des entreprises (prêts garantis par l’Etat, activité partielle, fonds de solidarité, report et exonérations de charges fiscales et sociales, etc.). Des plans de soutien spécifiques ont par ailleurs été mis en place au profit de certains des secteurs les plus exportateurs, notamment l’aéronautique (15 Md€), l’automobile (8,5 Md€) et le tourisme (18 Md€). Au-delà de ces mesures d’urgence qui ont permis de préserver notre appareil exportateur, il s’agit désormais d’aider ces entreprises, notamment les PME, à revenir durablement sur les marchés internationaux. Le plan de relance préparé par le Gouvernement inclura à ce titre un volet de soutien à l’export, préparé en coordination avec l’ensemble de l’écosystème de l’export et la Team France Export.

Ces mesures ont pour objectif d’assurer que la crise ne remette pas en cause la trajectoire structurelle favorable de nos performances à l’international en termes de commerce extérieur et d’attractivité, dont témoignaient en 2019 l’amélioration de notre déficit commercial des biens (en baisse de 5,1 Md€) et la progression de nos exportations de 16,9 Md€, notre part de marché mondiale se stabilisant à 3,5%.

Fin mars 2020, la France comptait 130 000 exportateurs, un plus haut niveau depuis 19 ans. La France était, en 2019, la première destination en Europe en termes de projets d’investissements étrangers, dépassant pour la première fois le Royaume-Uni (Baromètre EY de l’Attractivité de La France 2020). Ces résultats encourageants sont notamment portés par l’amélioration de notre compétitivité-coût, qui s’est renforcée par rapport aux pays de l’OCDE de 5,6 % depuis 2017, et par le renforcement de notre appareil productif sous l’effet des réformes économiques engagées depuis le début du quinquennat, et que les effets de crise nous invitent à poursuivre.

Echange de biens : effet du Covid-19