La croissance mondiale atteindrait +3,1 % en 2024, un rythme similaire à celui de 2023, avant d’augmenter légèrement en 2025, à +3,2 %. Ce scénario est légèrement plus favorable que ce qui était prévu à l’automne 2023. Malgré l’allègement des contraintes sur la production et le reflux confirmé de l’inflation, l’activité resterait freinée par les effets du resserrement monétaire et les incertitudes géopolitiques. Le rythme de croissance de l’économie mondiale serait ainsi un peu inférieur à sa moyenne de la fin des années 2010.

Dans les économies avancées, la croissance resterait modeste, avec de fortes disparités entre les pays. En 2024, l’activité serait dynamique aux États-Unis et en Espagne, mais morose dans les autres grandes économies avancées, notamment au Royaume-Uni et en Allemagne. En 2025, les taux de croissance se rapprocheraient, avec une accélération de l’activité en zone euro et un ralentissement aux États-Unis, sous l’hypothèse d’un retour progressif du taux d’épargne vers sa moyenne historique.

L’activité ralentirait d’abord en 2024 dans les grandes économies émergentes (Inde, Turquie, Brésil) avant de rebondir en 2025. En Chine, l’activité poursuivrait son ralentissement, faute de rééquilibrage de son modèle de croissance vers la demande interne.
Après s’être contracté en 2023, le commerce mondial se redresserait en 2024 et en 2025. La demande mondiale adressée à la France serait moins dynamique que le commerce mondial, ce qui reflète l’activité moins allante en zone euro : elle devrait timidement rebondir en 2024 avant d’accélérer plus franchement en 2025 (cf. Graphique).

Les incertitudes géopolitiques, le calendrier et l’ampleur de la baisse des taux directeurs, et l’évolution des comportements de consommation constituent les principaux aléas entourant ce scénario.

 

 

 

 

+ Télécharger l’étude complète Trésor-Éco n° 339>>

+ Autres publications à consulter sur le sujet :

Geoff Barnard et Patrice Ollivaud (2024), “Whither excess household savings? A key known unknown“, OECD Ecoscope
Commission européenne (février 2024), “A delayed rebound in growth amid faster easing of inflation
FMI (janvier 2024), « Le recul de l’inflation et la stabilité de la croissance ouvrent la voie à un atterrissage en douceur », Mise à jour des perspectives de l’économie mondiale
OCDE (février 2024), « Consolider les fondements de la croissance », Perspectives économiques

+ Voir toute la collection des études Trésor-Éco : Français / English

+ S’abonner à la collection Trésor-Éco : bit.ly/Trésor-Eco