Aux États-Unis, le taux de chômage augmente (+4,1 %, après +4,0 %) en juin. En mai, le déficit commercial se détériore (−75,1 Md$ après −74,5 Md$). Les dépenses de construction résidentielle baissent (−0,2 % après +0,9 %), alors qu’elles augmentent dans la construction non-résidentielle (−0,1 % après −0,2 %). En zone euro, en mai, le taux de chômage stagne (à 6,4 %) et les ventes au détail augmentent (+0,1 %, après -0,2 %). En Allemagne, en mai, les commandes à l’industrie (−1,6 % après −0,6 %) et la production industrielle (IPI) (-2,4 %, après +0,4 %) baissent. En Italie, en mai, les ventes au détail augmentent (+0,4 %, après -0,1 %) et le taux de chômage se stabilise (à 6,8 %). En Espagne, en mai, la production industrielle (IPI) diminue (-0,1 %, après +0,2 %).

En juin, les indices PMI reculent dans le manufacturier aux États-Unis (48,5 après 48,7 d’après ISM). Selon l’estimation finale, ils reculent également au Royaume-Uni (50,9 après 51,2), au Japon (50,0 après 50,4), en zone euro (45,8 après 47,3), en Allemagne (43,5 après 45,4), en Espagne (52,3 après 54,0), à l’exception de l’Italie (45,7 après 45,6). Ces indices PMI reculent aussi dans les services aux États-Unis (48,8 après 53,8 d’après ISM). Ils reculent également au Royaume-Uni (52,1 après 52,9), en Japon (49,4 après 53,8), en zone euro (52,8 après 53,2), en Allemagne (53,1 après 54,2), en Italie (53,7 après 54,2) et en Espagne (56,8 après 56,9) selon l’estimation finale.

En juin, l’inflation (IPCH) baisse en zone euro (+2,5 % après +2,6 %) et en (+2,5 % après +2,8 %) en Allemagne selon l’estimation flash tandis qu’elle augmente en Italie (+0,9 %, après +0,8 %).