• Les résultats détaillés des comptes nationaux du 4e trimestre confirment le recul de l’activité de 1,4 % au T4 (révisé de −0,1 pt). Le PIB demeure ainsi 4,9 % en-deçà de son niveau d’un an auparavant. Sur l’ensemble de l’année 2020, le PIB affiche une baisse de −8,2 % (révisé de +0,1 pt). Le pouvoir d’achat des ménages a progressé de +1,5 % au T4, et de +0,6 % sur l’année. Vu la baisse de consommation liée au confinement (−5,4 % au T4), l’épargne des ménages a fortement augmenté (+5,7 pt). Enfin, le taux de marge des sociétés non-financières (SNF) progresse légèrement au T4 (+0,7 pt à 30,4 %), sans revenir au niveau de 2019 (33,2 %). • En janvier, la consommation en biens a cédé du terrain (−12,9 % après +48,2 %), ce que l’on peut lier au décalage des soldes, au couvre-feu à 18h, et à un contrecoup des dépenses très élevées en décembre, soutenues par le Black Friday et les réouvertures. La consommation est cependant au même niveau qu’en janvier 2020 • En février, le climat des affaires de l’Insee est moins bien orienté qu’en janvier et perd 1 pt (à 90). L’hétérogénéité sectorielle s’accentue avec le recul dans les services (−4 pt à 88) et dans le commerce de détail (−9 pt à 86) mais la progression pour le troisième mois consécutif dans l’industrie (+1 pt à 97) • La confiance des ménages s’érode de nouveau en février (−1 pt à 91, après −3 pt).

Evolution en glissement trimestriel de la consommation du pouvoir d'achat et du taux d'épargne des ménages

 

Generated by Feedzy