Depuis le début de la pandémie de la Covid-19, les services économiques de la DG Trésor renseignent de manière très fine, dans une veille hebdomadaire, les mesures de soutien mises en place dans les différents pays européens.

Cette nouvelle étude comparative internationale s’appuie sur les travaux menés par les services économiques de Berlin, Londres, Vienne, Bruxelles, Sofia, Zagreb, Copenhague, Madrid, Helsinki, Athènes, Budapest, Dublin, Rome, La Haye, Varsovie, Lisbonne, Prague, Bucarest, Bratislava, Stockholm et Berne.

Similarité des actions prises en faveur des entreprises, rôle crucial des dispositifs d’activité partielle

L’étude souligne la similarité des actions prises par la plupart des pays européens en faveur des entreprises, ainsi que le rôle crucial des dispositifs d’activité partielle pour stabiliser le revenu des ménages et protéger l’emploi.

Les mesures recensées par les services économiques sont classées en trois catégories :

mesures budgétaires avec un impact direct sur le déficit public ;
reports de charges et assimilé (ayant un impact direct sur la dette publique, mais non sur le déficit) ;
garanties de prêts et assimilé (sans impact direct ni sur le déficit, ni sur la dette).

Ces mesures sont ensuite ventilées selon plusieurs catégories macroéconomiques : mesures sanitaires ; préservation de la main d’œuvre et soutien au revenu des ménages ; soutien à la liquidité des entreprises ; aides aux secteurs les plus affectés.

Les principales conclusions

L’ensemble des mesures d’urgence annoncées mi-février pour 2020 et 2021, hors mesures de trésorerie et garanties, totalise à ce stade 5,8 % du PIB 2019 en moyenne en zone euro.
Les mesures d’activité partielle, qui représentent plus du quart du montant des mesures d’urgence en zone euro, ont été essentielles pour stabiliser le revenu des ménages pendant la crise et protéger l’emploi.
Les mesures de soutien aux entreprises ont été relativement similaires du point de vue des instruments utilisés.

Les mesures de trésorerie et de garanties ont aussi permis de soulager la trésorerie des entreprises pendant la crise.

+ Retrouver les conclusions de l’étude comparative internationale : télécharger la note de synthèse >>

Les études comparatives internationales du Trésor

Réalisées par le réseau international de la DG Trésor, les services économiques en ambassade, les études comparatives internationales ont pour objectif d’éclairer la décision publique lors de la préparation, la mise en œuvre et/ou le contrôle d’une politique nationale.

Chaque année, le réseau de la DG Trésor réalise plus d’une trentaine d’études à la demande des cabinets ministériels, du Parlement, des corps de contrôle ou d’autres administrations, qui participent directement des réformes mises en œuvre en France.