La population chinoise aurait crû de 5,4 % sur la décennie écoulée, soit +0,53 % par an en moyenne, pour atteindre 1 411,8 millions d’habitants. Les données préliminaires du National Bureau of Statistics témoignent du ralentissement de la croissance démographique, après +0,57 % entre 2000 et 2010, et +1,07 % entre 1990 et 2000, et signalent plusieurs tendances : (i) l’érosion de la taille moyenne des ménages, de 3,10 en 2010 à 2,62 individus en 2020 ; (ii) l’importance des migrations rurales, avec 64 % de la population (+ 14 pp) vivant en zone urbaine, dont plus d’un tiers y résidant sans y être enregistrés via leur Hukou (passeport intérieur) ; (iii) le vieillissement accéléré de la population, avec une part de la population en âge de travailler (15-59 ans) passée de 70,3 à 63,4% de la population entre 2010 et 2020, et de 60 ans et plus de 13,3 à 18,7 % de la population ; (iv) une hausse du niveau moyen d’études pour les personnes en âge de travailler de 9,7 à 10,8 années et (v) une amélioration sensible du ratio de répartition par sexe à la naissance, de 111,3 garçons pour 100 filles (contre 118,1 en 2010). Par ailleurs, il a été annoncé lors de la conférence de presse que la Chine aurait enregistré 12 millions de naissances en 2020, soit une chute de 18 % en g.a., représentant un taux de fécondité de 1,3 enfant par femme.

 

A lire aussi cette semaine :

► ASEAN : la reprise économique tarde à se manifester

► Ethiopie : Moody’s baisse à son tour la note souveraine du pays

► Tunisie : reprise très timide de l’activité au premier trimestre 2021 (+0,3 % en v.t.)

► Point marchés financiers