L’élan des services marchands est stoppé net en 2020 avec l’épidémie de Covid-19, leur valeur ajoutée décroît de 6,7 % en volume, soit légèrement moins que celle des transports, de l’industrie manufacturière et de la construction. La production chute dans les services directement en contact avec le public (restauration, activités culturelles et récréatives marchandes, services personnels) et dans ceux indirectement affectés par les restrictions de circulation (hébergement).La location de logement amortit le choc. L’activité résiste davantage aussi dans les activités informatiques et l’ingénierie ; elle reste dynamique dans les services d’information et les télécommunications, dont la demande a été renforcée par les confinements.L’investissement en services marchands se maintient (– 0,6 %), contrairement à leur consommation finale, très déprimée (– 8,7 %). Le solde des échanges extérieurs de services se réduit, mais demeure positif. L’emploi se replie moins que la valeur ajoutée (– 2,5 %).