Ces réunions ont permis des avancées majeures sur plusieurs dossiers prioritaires pour la France.

Ces réunions ont tout d’abord fait avancer deux grands chantiers de la coopération économique internationale.

En premier lieu, les ministres des finances se sont accordés sur les principes de la réforme de la fiscalité internationale en cours de négociations au sein de l’OCDE et du G20. Leurs échanges ont notamment permis de préciser les vues des membres sur des éléments clés de chaque pilier : un champ s’appliquant aux multinationales les plus grandes et les plus profitables pour le pilier 1, avec une part de profit réallouée aux États de marché qui serait d’au moins 20% au-delà de 10% de profits mondiaux de ces groupes, ainsi qu’un taux minimum effectif d’au moins 15% et un calcul pays par pays pour le pilier 2.
En second lieu, le G7 a défini l’ambition commune d’accélérer la transition vers une économie bas-carbone, via deux principaux chantiers : la mobilisation des outils incitant à la réduction des émissions carbone d’une part, et la publication extra-financière d’autre part. Sur le premier chantier, le G7 a notamment confirmé ses engagements en matière de financement pour le climat et de cible de réduction d’émission, et a discuté des leviers vers un prix adéquat du carbone, en insistant sur les enjeux de mise en œuvre, qui doit être réaliste, proportionnée, avec un accompagnement assurant son acceptabilité sociale. Sur le second chantier, les discussions du G7 ont abouti à un consensus pour progresser vers la publication obligatoire par les entreprises d’informations sur leurs risques financiers liés au climat, afin d’éclairer les décisions des investisseurs, sur la base des travaux de la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD), mise en place par le Conseil de stabilité financière à la suite de la COP21 en 2015.

Elles ont également été l’opportunité  d’échanges nourris et constructifs avec nos partenaires du G7 sur les défis communs qui découlent de la crise économique et sanitaire, et les réponses à y apporter

Sur le plan de la lutte contre la pandémie, les chefs d’Etat et de gouvernement se sont une nouvelle fois mobilisés pour accélérer la fourniture de vaccins contre le Covid-19, ainsi que sur leur financement,  production et exportation. 
Sur le plan de la reprise économique, les membres du G7 entendent poursuivre les mesures de soutien aux entreprises et aux ménages, tout en faisant évoluer, de façon plus ciblée, les dispositifs d’aide aux entreprises qui restent fragiles, et en déployant une relance verte et durable. Le G7 a rappelé, en parallèle, la nécessité d’assurer la soutenabilité budgétaire, au travers  de trajectoires d’évolution de la dépense publique cohérentes et bien ancrées sur le moyen terme.
Le G7 a renouvelé son engagement de solidarité financière envers les pays les plus fragiles, en rappelant son soutien à l’allocation générale de nouveaux droits de tirage spéciaux (DTS) par le FMI cet été et en appelant les pays le pouvant à réallouer une partie de leurs DTS au bénéfice des pays vulnérables, en particulier en Afrique. Une cible de 100 milliards USD a été fixée par le G7.
Enfin, dans le prolongement de la réunion des ministres du commerce des 27 et 28 mai, les chefs d’État et de gouvernement du G7 ont affirmé leur détermination à l’égard d’un commerce libre et équitable, comme  le principe fondateur du système multilatéral, et ont exprimé une vision commune en faveur d’un système commercial multilatéral modernisé, qui soit résilient, plus durable et capable de s’adapter, avec en son centre une organisation mondiale du commerce (OMC) réformée.

 

Les communiqués publiés à l’issue de ces réunions sont accessibles ici :

CARBIS BAY G7 SUMMIT COMMUNIQUE – FINAL- 13.06.21 (g7uk.org)
G7 Finance Ministers and Central Bank Governors’ Communiqué – G7 UK Presidency 2021
G7 Trade Ministers’ Communiqué – G7 UK Presidency 2021

 

 

Generated by Feedzy