• Le PIB progresse de +0,9 % au 2e trimestre 2021, selon la première estimation publiée par l’Insee, résultat à la fois d’une contraction de l’activité en avril, suite au renforcement des mesures sanitaires, et d’un fort rebond en mai et juin, suite aux réouvertures. L’Insee a par ailleurs légèrement revu à la hausse son estimation du 1er trimestre, où l’activité a été stable (+0,0 %, contre −0,1 % précédemment). L’investissement poursuit sa progression et dépasse son niveau d’avant-crise (+0,3 % par rapport au T4 2019). La consommation des ménages progresse aussi (+0,9 %), tirée par les dépenses en services (+4,0 %) mais pénalisée par les dépenses en biens (−2,5 %) ; elle reste à −5,9 % de son niveau d’avant-crise. Le commerce extérieur contribue négativement à la croissance (−0,1 pt), les importations (+1,9 % en v.t.) ayant progressé plus rapidement que les exportations (+1,5 %). • La consommation des ménages en biens progresse légèrement en juin (+0,3 %) et dépasse son niveau d’avant-crise. • L’indice de confiance des ménages de l’Insee fléchit en juillet (−2 pt à 101) mais reste au-dessus de sa moyenne de longue période. Le solde relatif aux perspectives d’évolution du niveau de vie en France se dégrade nettement (−8 pt à −23). • Enfin, en juillet, l’inflation serait de +1,2 % en glissement annuel (après +1,5 %) d’après l’estimation provisoire de l’Insee.