Entretien avec Sabine Kuhlmann, professeure de sciences politiques, d’administration publique et d’organisation à l’Université de Potsdam (Allemagne)