Dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, la DG Trésor a organisé, en partenariat avec le Centre pour le développement mondial (CGD) et en association avec la FERDI, un webinaire consacré aux droits de tirage spéciaux les 2 et 3 février.

Des praticiens du système financier international, des représentants du Fonds monétaire international, de la Banque africaine de développement, du Trésor italien et de la banque centrale indonésienne, ainsi que des experts de la société civile et des économistes ont débattu lors de deux tables-rondes de l’utilisation des droits de tirage spéciaux.

Lors de la première table-ronde, le ministre des Finances du Sénégal et le gouverneur de la banque centrale du Ghana ont exposé l’usage qu’ils avaient fait des DTS dans leurs pays respectifs, pour des dépenses de santé, des programmes sociaux ou encore comme réserve de change. Le FMI a présenté les travaux qu’il a engagés depuis le déclenchement de la crise et reposant sur les DTS :

La réforme du Fonds pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC), qui permettra une hausse massive de l’accès des économies les plus pauvres aux financements à taux zéro
La mise en place prochaine d’un Fonds pour la résilience et la durabilité (RST) qui offrira aux économies vulnérables des financements à très bas coût pour faire face aux risques de long-terme sur leurs balances des paiements que constituent notamment le changement climatique et les pandémies.

Lors de la seconde table-ronde, les panélistes ont débattu des options innovantes (i.e. hors du FMI) de mobilisation des DTS, proposées par certaines institutions et des économistes. La Banque africaine de développement a ainsi présenté une solution consistant à mobiliser les DTS comme quasi-capital afin de permettre une hausse plus que proportionnelle des investissements qu’elle pourrait déployer en Afrique. Le conseiller spécial de la Première ministre de la Barbade, Avinash Persaud a quant à lui défendu l’idée d’un fonds fiduciaire de 500 Mds USD, alimenté par des DTS, pour financer des projets de transition climatique. Les discussions ont également permis d’identifier les défis, d’ordre juridique, technique et politique, à lever pour mettre en œuvre ces différentes options.

La France était représentée à ce webinaire par le directeur général du Trésor, Emmanuel Moulin, la sous-gouverneure de la banque de France, Sylvie Goulard, et le chef du service des affaires multilatérales et du développement de la DG Trésor, William Roos. Chacun a souligné l’importance du sommet à venir entre l’Union européenne et l’Union africaine, les 17 et 18 février 2022, pour concrétiser les progrès réalisés vers la cible fixée par le G20 de 100 Mds USD de mobilisation des DTS, ou leur équivalent en devises, en faveur des économies vulnérables. Ils ont également souligné la priorité de mettre en œuvre les mobilisations de DTS via la PRGT et le futur RST au sein du FMI, ainsi que l’importance d’avancer sur les propositions des banques de développement.

  La rediffusion de ces deux tables-rondes est disponible, en français et en anglais

English version >>

Generated by Feedzy