• La croissance du PIB au 4e trimestre 2021 est confirmée par les résultats détaillés des comptes nationaux trimestriels, à +0,7 %, et +7,0 % sur l’année 2021 ; ce chiffre pourra cependant être révisé par l’INSEE lors des prochaines publications des comptes nationaux, et notamment lors de la publication des comptes annuels fin mai. Le pouvoir d’achat (au sens de la comptabilité nationale : le revenu de l’ensemble des résidents français, divisé par le déflateur de la consommation des ménages, qui sert d’indice de prix) augmente au 4e trimestre (+0,8 %, après 0,0 %) grâce notamment à l’indemnité inflation et au dégrèvement de la taxe d’habitation ; il progresse de +2,3 % sur l’année, tandis que le pouvoir d’achat par unité de consommation augmente de +1,9 % en 2021. Le taux de marge des entreprises atteint 34 % en 2021 (+2,4 pt par rapport à 2020).
• En février, l’estimation provisoire des prix à la consommation s’établit à +3,6 % en glissement annuel, après +2,9 % en janvier. Une partie de cette hausse est liée au calendrier des soldes, qui se sont arrêtées plus tôt que d’autres années ; l’augmentation des prix de l’énergie contribue aussi.
• Le climat des affaires de l’Insee rebondit fortement en février (+5 pt à 112), porté par les soldes prospectifs, surtout dans les services et le commerce de détail ; dans l’industrie et le bâtiment les évolutions sont moins marquées.

• Le PMI composite (flash) de Markit pour la France se redresse en février (+4,7 pt à 57,4), surtout porté par les services.

• La consommation des ménages en biens se contracte en janvier (−1,5 % après 0,0 %), surtout à cause d’un début de soldes décevant.

• La confiance des ménages baisse légèrement en février (−1 pt à 98), mais les craintes sur l’évolution du chômage atteignent leur plus bas depuis juillet 2007.

 

Generated by Feedzy