La guerre lancée par la Russie contre l’Ukraine le 24 février a dominé les débats. Une large majorité de pays a condamné l’agression russe et a regretté la participation, inappropriée dans ce contexte, de délégués russes à ces réunions internationales. En présence de plusieurs hauts responsables ukrainiens, des réunions de soutien à l’Ukraine ont également été organisées afin de déterminer les besoins de financement de court terme du pays et de coordonner le soutien financier international.

La guerre en Ukraine a conduit le FMI à réviser à la baisse ses prévisions de croissance mondiale et à rehausser ses prévisions d’inflation. Les organisations internationales ont également alerté sur les risques que cette guerre, « un choc par-dessus un autre choc, celui du Covid-19 » selon les mots de la directrice générale du FMI, fait peser sur la stabilité financière, sur la sécurité alimentaire des pays vulnérables ainsi que sur les finances publiques de ces derniers, déjà fortement contraintes par un niveau d’endettement très élevé.

Dans ce contexte multilatéral difficile, des avancées notables ont pu être obtenues au sujet de l’aide financière internationale aux économies vulnérables. Plusieurs pays ont ainsi annoncé ou rehaussé leurs engagements en matière de mobilisation de leurs droits de tirage spéciaux, ou leur équivalent en devises, issus de l’allocation générale d’août dernier, afin d’atteindre la cible de 100 milliards de dollars fixée par le G20 en octobre 2021. Une partie importante de ces ressources servira à financer le nouveau fonds « Résilience et Soutenabilité » (RST) créé par le FMI et qui doit permettre à plus de 140 pays éligibles de faire face aux défis structurels de long-terme comme par exemple le changement climatique et les pandémies. En matière de traitement de dette des pays vulnérables, les participants ont confirmé leur engagement à mettre en œuvre le Cadre commun de traitement de dette (Common Framework). Par ailleurs, l’initiative française FARM (Food and Agriculture Resilience Mission) a reçu un accueil positif, avec plusieurs mentions par le FMI, l’OMC et le FIDA (Fonds international de développement agricole), notamment lors de la session plénière du Comité de développement. Cette initiative, endossée par le Conseil européen fin mars, vise à aider à répondre de manière efficace à la crise de sécurité alimentaire provoquée par la guerre menée par la Russie en Ukraine dans les pays les plus vulnérables, et notamment en Afrique subsaharienne.

Enfin, ces réunions ont également permis de rappeler l’importance de mettre en œuvre sans retard l’accord sur la fiscalité internationale signé en octobre 2021. Les questions de santé mondiale ont également été discutées, en particulier pour mieux financer la préparation et la réponse aux futures pandémies.

La prochaine réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de banque centrale du G20 aura lieu en juillet prochain en Indonésie.

 

Generated by Feedzy