Forte d’excellents résultats dans les services et du maintien de son attractivité, la France s’inscrit toutefois dans la tendance générale d’une dégradation du solde commercial en Europe. Cette dégradation tient essentiellement à l’alourdissement de la facture énergétique dans le contexte de l’agression russe en Ukraine et de l’impact de la pandémie sur les secteurs clé de l’aéronautique et du tourisme pour nos exportations. Les parts de marché mondiales de la France, stables depuis une dizaine d’années, ont ainsi légèrement reculé entre 2019 et 2021 du fait de la pandémie avant de se stabiliser au premier trimestre 2022.

Même si le commerce extérieur reste pénalisé par un contexte international particulièrement défavorable, marqué notamment par l’agression russe en Ukraine, les perspectives 2022 en matière d’échanges mondiaux restent dynamiques (+4 % selon le FMI). C’est ainsi que nos exportations de biens sont en hausse au 1er semestre 2022, et dépassent désormais largement leur niveau d’avant crise (+13 % par rapport au 2nd semestre 2019). Les importations sont également très dynamiques (+26 %) sur la même période.

Sous l’effet de l’explosion des prix de l’énergie, la facture énergétique atteint un nouveau record, passant de 27 Md€ au 2nd semestre 2021 à 48 Md€ au 1er semestre 2022. Cette facture entraîne une forte dégradation du solde commercial des biens à -71 Md€ au 1er semestre 2022, contre -51 Md€ au semestre précédent et -30 Md€ au 2nd semestre 2019. En revanche, hors énergie et matériel militaire, le solde se stabilise à environ -36 Md€.

Au niveau sectoriel, les exportations ont fortement crû en sortie de crise pour les produits agricoles et agroalimentaires (+24 % par rapport au 2nd semestre 2019), le secteur textile (+26 %), ou les produits pharmaceutiques, chimiques, parfums et cosmétiques (+22 %). Toutefois, d’autres secteurs majeurs restent largement pénalisés, à la fois par les suites de la crise Covid, mais également par l’invasion de l’Ukraine qui a accentué la perturbation des chaines d’approvisionnement. Les exportations aéronautiques restent largement en-deçà de leur niveau du 2nd semestre 2019 (-34 %), comme les exportations automobiles (-8 %), dans une moindre mesure.

Dans le même temps, l’excédent des services atteint un record historique au 1er semestre 2022 à +34 Md€ contre +23 Md€ au semestre précédent et +13 Md€ au 2nd semestre 2019. Il est tiré par la reprise du tourisme, et le record dans les services de transport, et dans les services financiers.

In fine, la balance courante est de nouveau déficitaire au 1er semestre 2022, un résultat en détérioration après l’excédent de 2021, même si rapporté au PIB, le déficit courant est proche de la moyenne constatée sur 2010-2018.

+ Télécharger la synthèse des résultats du commerce extérieur au premier semestre 2022 >>
+ Lire le communiqué de presse >>

La DG Trésor reste pleinement mobilisée auprès du Ministre et de ses équipes dans le cadre de sa mission de suivi des questions commerciales multilatérales et de soutien à l’export et à l’internationalisation des entreprises françaises, afin de soutenir le dynamisme de notre appareil exportateur. Le nombre d’entreprises exportatrices approchant d’ailleurs les 139 000 à fin mars 2022, au-delà du record établi en 2021.

 

Generated by Feedzy