La crise du Covid-19 puis la guerre de la Russie contre l’Ukraine ont accentué la vulnérabilité des économies en développement et émergentes, déjà exposées à de nombreux défis structurels. Disposant de marges de manœuvre budgétaires et de sources de liquidité plus limitées que les économies avancées, ces pays ont davantage recours au Fonds monétaire international (FMI), qui a régulièrement adapté sa « boîte à outils » pour assurer la stabilité du système financier international. Malgré l’émergence parallèle de nouvelles sources de liquidité, le FMI continue à jouer, aux côtés de la Banque mondiale, un rôle catalytique au centre du système monétaire international, comme illustré par son rôle incontournable dans la gestion de la crise depuis début 2020.

Initialement créés pour compléter les réserves de changes de ses membres, les droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI ont joué, comme lors de la crise financière de 2008, un rôle majeur dans la réponse à la crise sanitaire via une allocation d’un montant équivalent à 650 Mds USD en août 2021. Pour renforcer l’effet de cette allocation pour les économies vulnérables, la France et les grandes économies ont soutenu la mobilisation par les économies avancées d’une partie de ces nouveaux DTS, permettant de renforcer le guichet de prêt concessionnel du FMI, le Poverty Reduction and Growth Trust (PRGT), et la création au sein du FMI d’un Resilience and Sustainability Trust (RST), qui aura pour objectif de financer la résilience des économies face aux défis structurels comme le changement climatique.

Le soutien financier apporté par le FMI a été, depuis sa création et encore aujourd’hui, l’objet de débats. En 2020, la mobilisation inédite de financements d’urgence par le FMI a permis d’éviter l’effondrement de nombreuses économies, mais ce rôle de prêteur en premier ressort s’est fait en partie aux dépens de sa capacité à traiter les déséquilibres structurels des pays soutenus. La volonté du FMI, pour mener à bien son mandat et traiter désormais de défis structurels comme le changement climatique, l’a poussé à se doter d’instruments concessionnels de long-terme, ce qui pose la question de la frontière et des modalités de coopération entre le FMI et les institutions de développement. Dans ce contexte, les actionnaires du FMI devront s’accorder d’ici 2023 sur la taille adéquate du Fonds, ainsi que sur un éventuel réalignement de son actionnariat en faveur des économies émergentes.

 

 

 

 

+ Télécharger l’étude complète Trésor-Éco n° 314>>

+ Autres publications à consulter sur le sujet :

Parlement européen (juin 2022), IMF special drawing rights allocations for global economic recovery.
Banque centrale européenne (octobre 2018), A quantitative analysis of the size of IMF resources.
C.M. Reinhart et C. Trebesch (janvier 2016), The International Monetary Fund: 70 Years of Reinvention.

Banque de France (juillet 2019), Comment renforcer le filet de sécurité mondial face à la montée des risques.

+ Voir toute la collection des études Trésor-Éco : Français / English

+ S’abonner à la collection Trésor-Éco : bit.ly/Trésor-Eco

Generated by Feedzy