Les premières estimations du PIB au T3 font montre d’une reprise de l’activité vigoureuse en zone euro (+12,7 % après –11,8 %) comme aux États-Unis (+7,4 % après –9,0 %). Au T3, le PIB est encore inférieur de –4,3 % à son niveau du 4e trimestre 2019 en zone euro (respectivement −3,5 % pour les États-Unis). La reprise a toutefois été inégale au sein de la zone euro, avec un contrecoup plus marqué en France (+18,2 % après –13,7 %) et en Italie (+16,1 % après –13,0 %) qu’en Espagne (+16,7 % après –17,8 %) – qui partait d’un point plus bas – ou en Allemagne (+8,2 % après –9,8 %).

Les indicateurs conjoncturels plus récents témoignent par ailleurs d’un essoufflement de ce rebond depuis septembre sur fond de nouvelles restrictions pour endiguer la second vague épidémiologique : l’indicateur de sentiment économique auprès des entreprises de la Commission demeure stable en octobre (à 90,9) ; en Allemagne le climat des affaires (IFO) s’infléchit (92,7 après 93,2) et les ventes au détail se replient (–2,2 % après +1,8 %), de même qu’en Espagne (–0,3 % après +1,4 %). Si le taux de chômage se stabilise en zone euro en septembre (à 8,3 %), il progresse légèrement Outre-Rhin (+0,2 pt à 4,6 %) et plus franchement Outre-Pyrénées (+1,0 pt à 16,3 % au 3e trimestre) principalement sous l’effet d’une augmentation du taux d’activité, et baisse timidement en Italie (à 9,6 %). La déflation (estimation flash) se stabilise en octobre en zone euro (à –0,3 %) ; elle se poursuit en Allemagne (–0,5 % après –0,4 %) et s’amoindrit en Italie (–0,6 % après –1,0 %).

Aux États-Unis, les indicateurs de conjoncture ressortent également mitigés. La confiance des ménages s’érode en octobre (100,9 après 101,3) alors que les dépenses de consommation sont restées dynamiques en septembre (+1,2 % après +0,7 %) bien qu’encore inférieures de –2,6 % par rapport à février. Les commandes de biens durables hors aviation civile et défense décelèrent en septembre (+1,0 % après +2,1 %). Les prix immobiliers affichent toujours de l’allant en août (+1,5 % pour l’indice national FHFA ; +0,5 % pour l’indice S&P20 des 20 plus grandes aires métropolitaines américaines). Les nouvelles demandes d’allocation chômage refluent timidement (+751 000 la semaine du 19 au 24 octobre après +791 000), auxquelles s’ajoutent 360 000 demandes au titre de l’assurance chômage fédérale exceptionnelle instaurée pendant la crise sanitaire (après 345 000). Au Japon, la production industrielle conforte sa progression en septembre (+3,2 % après +2,3 %) et le taux de chômage se stabilise à 3,0 %.

Indicateurs

Zone euro Evolution du PIB des principaux pays

Generated by Feedzy