En 2020, les opérations financières de la France avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale représentent près de 400 millions d’euros.

La France est le 5ème actionnaire du FMI. Dans un contexte de fragilisation des pays à faible revenu en conséquence de la crise provoquée par la Covid-19, la France a doublé son prêt au Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) du FMI, dédié au financement des Etats les plus pauvres, pour le porter à 4 milliards de DTS (environ 4,8 milliards d’euros). Elle contribue par ailleurs en 2021 à hauteur de 40 millions d’euros au Catastrophe Containment and Relief Trust (CCRT), fonds fiduciaire qui permet au FMI d’accorder un allégement de service de la dette sous forme de dons aux pays les plus pauvres frappés par une catastrophe naturelle ou sanitaire.

Le groupe de la Banque mondiale réunit plusieurs entités, notamment l’Association internationale de développement (AID), guichet concessionnel de la Banque mondiale fortement mis à contribution dans le cadre de la réponse internationale à la crise provoquée par la pandémie. La France est le 5ème contributeur à l’AID avec une contribution à la 19ème reconstitution des ressources de l’AID. Celle représente un total de 1 631 millions de dollars entièrement en dons (1 453 millions d’euros) pour 2021-2023. La France a plaidé dans le cadre de ces négociations pour que l’AID renforce son action dans les pays les plus fragiles. Ainsi, 53 milliards de dollars iront au développement de l’Afrique subsaharienne, dont 7 milliards de dollars pour le Sahel (soit une hausse de près de 50% par rapport à la reconstitution précédente).

+ Lire le rapport >>

Generated by Feedzy